Goémoniers retirés

Brest passe

"AR BLEIZ", "VENUS DES ILES" et "SAINT-GILDAS".

 

Les produteurs de landerneau 1980

La totalité de la flotte goémonière MX travaillant pour l'usine de Landerneau.

Au premier plan, "JOUET DES FLOTS" et "SANT YANN" ; à l'arrière, "LA BRETAGNE", "FRANCOISE" et "L'OISEAU DES ILES" ; à côté du crabier, "ETOILE DES MERS", sans doute à couple avec "LES DEUX PIERRE".

(photo Erwan GUEGUENIAT - 1980)

 

Jean charles et st yann et mx a christian bernard

Quelques goémoniers de la flottille du quartier de Morlaix en juillet 1982.

Contre le quai, "L'OISEAU DES ILES" (à l'extrême gauche), puis "JEAN-VINCENT", "JEAN CHARLES", "NOZ DEIZ" et "SANT YANN"  (photo Collection Christian BERNARD)

 

Citons également "LE TALI" (BR7422), goémonier expérimental de 13m x 4m, construit à l'hiver 1962-63 à Brest (Ateliers et Forges de l'Ouest), et mis en service à Landéda en avril 1963. Premier prototype de bateau goémonier moderne, il effectue la récolte par aspiration des algues à l'aide d'une pompe. Le navire est confié à Jean PRONOST. Déclassé suite à l'apparition du scoubidou, ce goémonier passe en 1974 au quartier de Saint-Malo, rebaptisé "GOEMAR".

Le tali goemonier experimental

 

 

En fin de cette liste, mentionnons aussi un certain nombre de goémoniers dont l'immatriculation n'a pas encore été retrouvée :

 

"COTE DES LEGENDES", goémonier en acier piloté par François CHEVER (Plouguerneau) à partir de 1979. Ce navire était utilisé pour la récolte du goémon dans les Côtes d'Armor, et a fait naufrage le 24 octobre 1981 en rentrant à Plouguerneau.

"ENEZ EOG", piloté par Etienne GRALL (Plouescat) de 1977 à 1978, date de son désarmement.

"FLEURS DES ILES", piloté par Yvon CREACH (Molène) jusqu'en 1974, puis passé à la plaisance.

"JEAN-VINCENT", piloté par Joseph BIHANNIC (Landéda) en 1976, puis par André DIROU (Batz) jusqu'en 1979 (ce dernier partait ramasser le goémon avec son père, qui lui pilotait "JEAN-CLAUDE", immatriculé MX4008), date de son désarmement.

"MARIE JEANNE", piloté par Laurent LEON (Landéda) jusqu'en 1976, puis passé à la plaisance.

"REINE DES FLOTS", piloté par Jean RIOU (Plouguerneau) en 1972.

"SILVY", piloté par Jean-François ARZUR (Plouguerneau) jusqu'en 1974 [immatriculé BR7602, jauge brute 2,39 tx, moteur 10 cv], puis passé à la plaisance.

 

 

Bugel an enez jean ogor chalet d espoir

"BUGEL AN ENEZ" et "JEAN-OGOR", avec "CHALET D'ESPOIR" à l'arrière-plan  (Carte Collection Sébastien LE CORRE)

 

Saint yves saint pabu

"SAINT-YVES" (BR267551), bateau de 8m06 construit en 1957 à Ploudalmézeau (Squiban), utilisé pour le goémon et la pêche.

La seconde vie du goémonier "SAINT-YVES" de François LAOT à Saint-Pabu.

On peut aussi évoquer "PETIT LOUIS" (PL191107), construit en 1924 à Carantec (Sibiril)

et "MADELEINE" (PL191684), construit en 1959 à l'Aber-Wrac'h (article sur sa rénovation en 2012-15).

 

Le chantier Le Got de Plouguerneau, actif à partir de 1930, a été successivement dirigé par Yann, Théophile, puis par son fils Jean-Louis LE GOT à partir de 1968. De nombreux goémoniers, désormais retirés du service actif, y ont été construits. Outre ceux référencés dans les listes ci-dessus, on peut également mentionner (même si tous n'ont pas toujours eu d'activité goémonière...) :

le sloop "JEANNE D'ARC" de 1950, le sloop "REDER-MOR 6" (VA385958) de 1962 (article) [désormais basé à Damgan], "AN DAOU VREUR" (BR493787) de 1963 et "LES TROIS MOUSSES" (BR267852) de 1969. Le sloop goémonier "KARREG-HIR" (BR732721) y a aussi été reconstruit en 1989.

L'association Karreg-hir a pris en charge deux de ces anciens goémoniers.

 

Le chantier de Joseph SQUIBAN à Ploudalmézeau a aussi contribué à la construction de la flottille goémonière. Certains bateaux sont encore préservés à ce jour, comme par exemple :

le côtre "REINE D'ARVOR" (BR6868 / BR267597) de 1957, le sloop "POURQUOI PAS" (BR267458) de 1958 et le sloop "LABOUS DU" (BR267842) de 1963 (article).

 

Le chantier Bégoc de Saint-Pabu a depuis pris le relais de la construction des goémoniers en bois.

 

 

L estran ste evette

"L'ESTRAN" avec "LAMIPOL" juste derrière, acostés au port de Sainte-Evette.